Quelles sont les incidences, pour l’enseignant, d’une volonté affirmée de développer l’autonomie de ses étudiants ? Nous allons voir ici, l’intérêt que présentent l’étayage et l’interaction sociale, dont le recours en situation de formation constitue un sens et un soutien précieux au développement de l’autonomie dans un contexte de formation.

L’autonomie : définition

L’autonomie englobe à la fois les possibilités qui sont offertes de piloter son propre apprentissage et la capacité de l’étudiant à agir sur le processus afin de conduire son propre parcours d’enseignement-apprentissage, en vue d’atteindre les objectifs qu’il se fixe. Dans la situation où ce sont les conditions que l’on veut préciser, il est très courant que l’autonomie soit évoquée par les praticiens pour rendre compte d’un apprentissage conduit de manière solitaire. Dans la pratique enseignante, l’autonomie est alors utilisée, à tort, comme pointant globalement des conditions dans lesquelles l’individu doit effectivement faire preuve d’autonomie.

L’autonomie, une question de compétences

Autonomie des étudiants, et compétences sont indissociablement liées, une maîtrise minimale des secondes étant nécessaire pour atteindre un certain niveau d’autonomie. Une compétence est toujours spécifique à une situation, même si cette dernière est rattachée pédagogiquement à une famille plus vaste de situations considérées comme similaires du point de vue des compétences qu’elles mobilisent. En somme, l’autonomie et la compétence s’actualisent dans les mêmes conditions et composent avec les mêmes variables. L’autonomie, c’ est une notion plus vaste et touche tantôt à l’exercice strict et limité de la compétence en situation, tantôt à une finalité éducative nettement plus large. L’autonomie peut nous aider à préciser la mesure selon laquelle la compétence mobilisée par l’étudiant est mise en œuvre avec l’appui d’une aide extérieure, apportée dans le cadre d’une relation « étayée » de tutelle.

Le soutien à l’autonomie, une question d’étayage

Ce que l’enfant sait faire actuellement en collaboration, il saura le faire tout seul demain. Pour développer l’autonomie de l’étudiant, nous allons aborder la question de l’étayage, qui se situe au cœur de la problématique du soutien à l’autonomie, et de l’importance que revêt l’étayage d’un agir compétent autonome. L’étayage est un concept, qui traduit la manière dont il convient de soutenir l’apprenant novice au cours de son développement en s’appuyant sur les interventions d’un plus compétent que lui. Cet étayage intervient, dans le cas, où l’étudiant en a besoin, dans un dynamisme qui aboutit vers les objectifs fixés et les résultats que l’étudiant veut obtenir.